lundi 3 mai 2010

Retraites, on nous ment !

Les grecs voient en ce moment tous leurs acquis sociaux disparaître ( âge de la retraites, salaires, TVA) au nom de l'économie en difficulté de leur pays.
Cela peut nous faire sourire avec des réactions classiques du style «  S'ils avaient mieux géré leur pays cela ne serait pas arriver ! »
Mais ne rions pas trop vite des malheurs de nos voisins à qui en tant qu'européens, on n'est même pas capable de venir en aide.

Car le prochain tour de vis social arrive très bientôt pour nous en France, comme personne ne réagit (cf manifestations du premier mai) on peut s'attendre au pire.

Les médias ( quand on vous dit qu'ils sont verrouillés) commence à nous préparer à l'idée du recul de l'âge de la retraite comme une fatalité à laquelle on ne peut rien y faire. Et oui, il y a de plus en plus de vieux, donc il faut travailler plus longtemps.
On se moque de nous, on nous prend pour des cons et on acquiesce !

Depuis plusieurs années, l'âge moyen de départ à la retraite n'a globalement pas changé chez nous comme dans les autres pays européens autour de 60 ans car aucune entreprise garde plus longtemps pour des questions de productivité ses employés.

Alors pourquoi ce nouvel âge légal de départ à la retraite ? Simple pour diminuer les pensions des classe moyennes et populaires et imposer le principe de la retraite par capitalisation en substitution des retraites par répartitions.
Les classes aisées se fichent de l'âge de la retraite avec l'argent accumulé au cours de leur vie, ils ont de quoi bien vivre jusqu'à leur mort, même en partant plus tôt.

On va me rétorquer mais où prendre l'argent, il n'y en a pas dans les caisses de l'état ?
Je suis faussement étonné qu'on trouve facilement 70 milliards d'euros pour « sauver » les banques et qu'il soit difficile de trouver de l'argent dès qu'on parle d'acquis sociaux.

L'énorme problème mondial est que l'argent de la production est détourné au profit de la spéculation financière qui maintenant dirige le monde à la place de nos gouvernements.
Il serait temps de s'en rendre compte et de se révolter !

Le détournement est estimé entre 120 et 170 milliards d'euros par an en France cf . sources plus bas

Pour compléter cet article, je vous donne quelques sources du net qui m'ont poussé à la rédaction de cette article avec des arguments plus étayés que les miens. Il faut dire que je suis plus un citoyen révolté qu'un journaliste et un économiste.

  1. L'excellent lettre du lundi
  2. Plume de Presse :
  3. Un cours d'économie sur France inter 

4 commentaires:

Retraites 2010 a dit…

Bonjour,

Il est nécessaire de réformer le système actuel afin d'assurer le financement des retraites des générations futures et de sauvegarder le système par répartition, ce qui est bien la voie empruntée par le Gouvernement. Pour y parvenir, le Gouvernement cherche à mettre en place une réforme qui permette de conserver le système par répartition sans nuire à notre compétitivité. Eric Woerth expliquait dans une interview à France Soir (http://www.francesoir.fr/politique-retraite/retraites-les-pistes-deric-woerth) que l'augmentation des prélèvements ne peut être une solution viable : "l’impôt sur les sociétés, avant la crise, c’était 50 milliards d’euros (moitié moins en 2009). Le déficit des retraites en 2010, c’est 32 milliards d’euros. Donc même en augmentant l’impôt sur les sociétés de 50 %, le problème de 2010 ne serait pas réglé, et je ne parle même pas des années qui suivent". C'est pourquoi le Gouvernement explore des pistes liées à la démographie – voir d’ailleurs le Mercredi des Retraites du 28 avril où Hervé Le Bras (EHESS), Raoul Briet (FRR) et Danièle Karniewicz (CNAV) analysent les enjeux démographiques auxquels nous sommes confrontés (http://www.retraites2010.fr/les-mercredis-des-retraites).


Quoi qu’il en soit, les modalités de la réforme restent à définir, puisque le ministre poursuit la concertation avec les partenaires sociaux et les dirigeants politiques (http://www.retraites2010.fr/la-concertation).

Vous trouverez également des éléments d'explication dans les commentaires du billet de www.peuples.net.

Enfin, nous sommes ouverts au débat et vous invitons à nous contacter via Twitter en vous adressant à @retraites2010 si vous avez des questions concernant la réforme.

Cordialement,
Retraites 2010

M. Simao a dit…

Belle langue de bois ! Je confirme étant moi aussi fonctionnaire et pour l'avoir pratiqué souvent ;) En tout cas beau boulot de veille d'infos, lire un post sur un site qui n'a pas encore deux jours.
On sent bien un volonté de controler l'information sur les retraites de la part du gouvernement, on s'attaque au net mainentant ?
Mais personnelement ce discours policé n'a aucune prise, et vous répondez nullement aux questions soulevés par cet article ainsi qu'aux sources en fin d'article. Merci pour le lien du www.peuples.net j'avais oublié de parler de leur action engagée.

Anonyme a dit…

Pourquoi ce commentaire si ce n'est pour orienter les lecteurs vers différentes propagandes gouvernementales ? Ici, aucun argument, on nous impose la parole ministérielle comme parole d'évangile et on nous assène une suite de mots ou de formules "langue de bois" dans le but d'embrouiller les esprits.

Analyse de texte : "Il est nécessaire de réformer le système actuel afin d'assurer le financement des retraites des générations futures et de sauvegarder le système par répartition, ce qui est bien la voie empruntée par le Gouvernement." On nous impose la nécessité d'une réforme d'emblée sans aucun conditionnel. Cette phrase et composée de deux parties on nous impose comme acquise la première partie pour nous prouver la deuxième. Arrivés à la fin de la phrase on croit que l'auteur a raison. C'est une démonstration bancale, on prend une soit disant vérité et on lui plaque ce qu'on veut démontrer. De plus ici, les génération futures viennent appuyer le propos alors que pour l'heure nous nous occupons essentiellement de nous et que les générations futures ont plutôt intérêt à naître dans des foyers accueillants avant de penser à leur retraite.

"sans nuire à notre compétitivité" Disons plutôt sans nuire au porte-feuilles de nos actionnaires. La compétitivité dans la bouche des politiques surtout associée au mot « nuire » devient un buzword qui n'a aucune autre fonction que d'obscurcir le commentaire et de faire croire au lecteur qu'on maîtrise complétement le sujet. Mais en fait quel est le rapport entre les retraites et la compétitivité des entreprises ? Quel est le rapport entre la compétitivité des entreprises et la capitalisation de 92,3% du PIB de la France ?
"Eric Woerth expliquait dans une interview à France Soir " Est-ce une argumentation solide ? Il ne va pas expliquer l'inverse, il fait partie du gouvernement qui veut réformer les retraites et qui veut augmenter l'âge de le retraite alors qu'on sait que les entreprises ne veulent plus embaucher au delà de 45-50 ans ! (Donc un projet honteux ! )
Ainsi Eric Woerth démontre..."que l'augmentation des prélèvements ne peut être une solution viable". Qui parle d'augmenter les prélèvement ? Mais Monsieur le Ministre ne parle pas des vrais solutions qui fâches et il n'en parlera sans doute pas sans qu'on l'y aide fortement.(Voir les billets de M. Simao et les liens qu'il donne.)

"Quoi qu’il en soit, les modalités de la réforme restent à définir, puisque le ministre poursuit la concertation avec les partenaires sociaux et les dirigeants politiques." Dormez en paix braves gens le gouvernement concerte. Mais il me semble bien que les concertations de ce gouvernement ne sont pas plus utiles que le Grenelle de l'environnement. Ce ne sont que de zolis contes pour faire rêver les zélecteurs pendant qu'on leur prépare de beaux cadeaux. Si les concertations servaient à quelque chose on le saurait non ?

"Enfin, nous sommes ouverts au débat et vous invitons à nous contacter via Twitter en vous adressant à @retraites2010 si vous avez des questions concernant la réforme." Tiens bizarre, comment peut-on répondre aux questions sur la réforme alors que rien n'est établi et qu'en ce moment "on concerte" ? Allez, il faut arrêter de prendre les gens pour des idiots, vous ne trouvez pas ?

M. Simao a dit…

Pour ceux qui ne sont pas convaincus que le monde du travail est dicté par la spéculation financière et que cela nous entraine vers un société de plus en plus décadente, je vous conseille de visionner sur le site de Télérama la vidéo du documentaire "La mise à mort du travail" : http://bit.ly/a8g9sb. Attention la vidéo n'est disponible que 48h

Enregistrer un commentaire